Route du Rhum : Communiqué N°9

Route du Rhum : Communiqué N°9

29 octobre 2006 – Sopra Group, bien dans le rythme…

Route du rhumAyant choisi de dormir à bord de son bateau la nuit précédant le départ, Antoine Koch s’est mis très tôt en in situ. Après deux heures de course, le jeune skipper est bien dans « le match », sixième au passage du cap Fréhel.

Après avoir passé le sas des écluses, hier entre 20 et 22 heures, la majeure partie des concurrents de la Route du Rhum ont mis leur bateau en mouillage puis ont passé la nuit sur la terre ferme. Presque tous. Antoine Koch a décidé de rester à bord de son trimaran Sopra Group pour se mettre littéralement dans le bain dès que possible. Une manière également de temporiser et digérer l’émotion que chaque skipper ressent dès la sortie du sas, à la veille de quitter la baie de Saint-Malo pour une Route du Rhum…

Cette nuit d’avance passée en mer a donc permis au jeune marin d’éviter le « choc thermique » propre au départ des grandes courses. Pour Antoine il était important de se couper du monde, de la terre, et d’être physiquement in situ. Cet empressement – voire cette impatience – à être en mer peut surprendre de la part d’un garçon à l’allure calme et posée. Mais quand on sait que le skipper a depuis dix-huit mois organisé sa vie et optimisé chaque geste en prévision du « Rhum », on comprend mieux sa hâte.

Comme l’avaient prévu les routeurs, le vent (moins de dix nœuds) s’est fait discret lors du départ donné aujourd’hui à 13 h 02. Après environ deux heures de course, le trimaran Sopra Group est en 6e position derrière Groupama, Géant, Gitana XI, Sodebo et Banque Populaire. Antoine Koch est donc bien dans la partie, en dépit d’une météo particulièrement clémente et donc défavorable pour un voilier comme Sopra Group qui souffre encore d’un déficit de vitesse – malgré une sévère cure d’amaigrissement – par rapport aux machines de la dernière génération. Des trimarans affûtés qui savent très bien tirer leur épingle du jeu par petit vent comme en témoigne la performance de Groupama entre la ligne de départ et Fréhel…

Cette météo très douce, qui tranche avec les conditions dantesques de l’édition 2002, permet au moins aux compétiteurs de ne pas être cueillis à froid. Espérons qu’Antoine puisse conserver cet encourageant classement provisoire. La route est longue et les écarts du début sont loin d’être une garantie pour la suite de la course.

Comments are closed.