Route du Rhum : Communiqué N°12

Route du Rhum : Communiqué N°12

7 novembre 2006 – Koch, déterminé

Route du rhumHandicapé par son rail de GV arraché, bloqué à 2 ris max mais gardant tout de même un moral d’acier, Antoine Koch n’a pas d’autre choix que d’aller chercher des conditions de vent soutenues. Quitte à se détourner de la route directe vers Pointe-à-Pitre…

La barre des milles derniers miles de course franchie, Antoine Koch continue à tirer le maximum du potentiel de son Sopra Group malgré son avarie, avec comme cible les deux autres « bizuths » de la classe Orma.
Plus déterminé que jamais, Antoine Koch poursuit sa lutte avec sa grand-voile bloquée au deuxième ris. Dans ces conditions et dans l’impossibilité de renvoyer le maximum de toile, il n’avait plus qu’à tenter de se décaler au nord et afin de retrouver un peu de pression et pouvoir exploiter le maximum de vent.

Durant deux jours en effet, le handicap de configuration de voile s’est cruellement fait ressentir : «ça va mieux mais ça a été dur : trois miles en un après midi, c’est décourageant. Je viens de franchir un passage délicat avec des rotations rapides au vent de nord allant jusqu’à 30 nœuds, puis plus rien, puis rebelote, tout ce qu’on aime pas en multi. J’ai même du affaler la grand-voile avant un orage. Heureusement, ça commence à aller mieux, avec du portant soutenu jusqu’à l’arrivée, en principe…. ».

Malgré l’avarie et les longues heures de pétole, Antoine garde sa concentration intacte et un moral d’acier : « Après une dizaine d’heures à batailler dans le centre j’ai enfin touché le flux de vent fort de nord qui est derrière. Ce qui fait que depuis quelques heures, j ai 30 noeuds de vent nord, et des rafales a 35. Ca va enfin vite vers l’arrivée, avec des surfs a 28 nœuds sous pilote cette nuit. Mais je reste très vigilant : ce qui est arrivé a Steve Ravussin (son bateau, Orange Project, a chaviré suite à une défaillance de son pilote automatique, NDLR) montre qu’il y a des pièges jusqu’au bout quelque soit la position que l’on occupe. »

La tactique consistant à aller chercher du vent plus fort au détriment de la route directe est pour le moment payante puisqu’Antoine, malgré son avarie, reste dans les rétroviseurs de Gitana 12 et Région Guadeloupe, ses concurrents directs sur cette course. Mais à mesure que le trimaran Sopra Group se rapproche de l’arrivée, ces écarts par rapport à la route idéale se feront de plus en plus délicats et dans les alizés, il sait combien il lui sera sans doute difficile de maintenir une pression forte sur eux au point de leur ravir une place au classement…

Comments are closed.